Moteur de Recherche de Veille Concurrentielle pour l'Industrie Pharmaceutique et de Santé

Loading

jeudi 23 février 2012

Chargé de veille législative et réglementaire [Institut des métiers et formations des industries de santé - IMFIS]

Chargé de veille législative et réglementaire [source : l'institut des métiers et des formations des industries de santé / IMFIS.FR]

Institut des métiers et formations des industries de santé IMFIS

Le Chargé de veille législative et réglementaire anticipe et suit les évolutions législatives et réglementaires liées à l'exercice des activités de santé en France et à l'international. Il/elle veille à leur prise en compte dans l'entreprise.

Activités clés 

  • Réalisation de la veille réglementaire et scientifique nationale et internationale 
  • Evaluation de l'impact des évolutions réglementaires identifiées pour l'entreprise 
  • Diffusion des informations scientifiques et réglementaires aux services concernés 
  • Gestion de l'archivage de la documentation réglementaire 
  • Réalisation de synthèses relatives aux législations qui affectent les industries de santé 
  • Supervision des traductions des documents réglementaires (AMM, marquage CE, renouvellement, modification...) pour valider l'exactitude des informations transmises 
  • Recherche et exploitation de bases de données réglementaires 
  • Coordination et consolidation des commentaires sur les projets de texte mis en consultation à l’échelle nationale ou internationale 

Compétences clés 

Capacité à :

  • Interpréter, synthétiser et diffuser les textes réglementaires et scientifiques 
  • Transmettre des informations sur des sujets préétablis 
  • Evaluer la qualité et la complémentarité des sources d'information en définissant des critères de sélection, pertinence, authenticité, fiabilité... 
  • Identifier les producteurs d'informations internes et/ou externes, repérer les informations par l'échange et la participation à des réseaux 
  • Concevoir des techniques de recherche et de veille, dans une optique d'aide à la décision 
  • Maîtriser les techniques d'entretiens et d'analyse documentaire 
  • Maîtriser les sources d'informations scientifiques et réglementaires clés 
  • Choisir et mettre en place des outils de recherche d'information et d'analyse automatique 
  • Communiquer à l'écrit et à l'oral de manière claire et factuelle 
  • Maîtriser l'anglais technique / scientifique 




Profil de recrutement 

Médicament à usage humain et Diagnostic in vitro :

  • Bac +5 en sciences de la vie, 
  • Médecin ou pharmacien 
Médicament vétérinaire et Diagnostic in vitro :

  • Vétérinaire 
Formations complémentaires

Médicament à usage humain :

  • Bac +5 en droit de la santé 
Diagnostic in vitro :

  • Spécialisation en droit de la santé publique 
Expérience demandée :

Le métier de Chargé d'études /essais est accessible aux débutants.

Passerelles métiers

  • Chargé d’affaires réglementaires 
  • Chargé de pharmacovigilance 
  • Assureur qualité 
  • Documentaliste scientifique 
A plus long terme (avec formation complémentaire le cas échéant) :

  • Responsable des affaires réglementaires 
  • Responsable de la communication scientifique et médicale 
  • Responsable de la documentation scientifique 
  • Responsable transparence / Prix 

Formations recommandées...lire la suite de la fiche métier "Chargé de veille législative et réglementaire" IMFIS -

mercredi 22 février 2012

Première partie de l'histoire de l'intelligence économique "à la française". Vingt ans après : 1992-2012

<img src="http://img2.blogblog.com/img/video_object.png" style="background-color: #b2b2b2; " class="BLOGGER-object-element tr_noresize tr_placeholder" id="BLOGGER_object_0" data-original-id="BLOGGER_object_0" />
L'histoire de l'intelligence économique "à la française". Vingt ans après : 1992-2012 - "L'intelligence économique, 20 ans après..." Première partie
Date de publication : 03/02/2012

jeudi 16 février 2012

Rapport 2011 de l’OMPI sur la propriété intellectuelle dans le monde : le nouveau visage de l’innovation

OMPI Organisation mondiale de la propriété intellectuelle
Genève, 14 novembre 2011 - Le rapport de l’OMPI met en évidence une demande croissante à l’égard des changements en matière de propriété intellectuelle pour tenir compte de l’innovation  -

Le Rapport de 2011 sur la propriété intellectuelle dans le monde : le nouveau visage de l’innovation – une nouvelle publication de l’OMPI – décrit de quelle façon la titularité des droits de propriété intellectuelle est devenue un élément central des stratégies adoptées par les entreprises innovantes du monde entier. Compte tenu de l’augmentation de la demande mondiale en matière de brevets, passée de 800 000 au début des années 80 à 1,8 million en 2009, le rapport conclut que les investissements croissants dans le domaine de l’innovation et la mondialisation des activités économiques sont les éléments moteurs de ce phénomène.

En conséquence, la politique de propriété intellectuelle est passée au tout premier rang de la politique en matière d’innovation. Dans l’avant propos du rapport, le Directeur général de l’OMPI, Francis Gurry, note que “la croissance de l’innovation n’est plus la prérogative des seuls pays à haut revenu; l’écart technologique entre les pays riches et les pays pauvres se réduit. Des formes graduelles et plus locales d’innovation contribuent au développement économique et social, dans la même mesure que des innovations technologiques reconnues au niveau mondial.”

Le rapport souligne un certain nombre de conséquences découlant de l’augmentation de la demande à l’égard des droits de propriété intellectuelle, à savoir :

  • Les marchés du savoir fondés sur les droits de propriété intellectuelle sont en augmentation. Les données semblent indiquer que les entreprises négocient des droits de propriété intellectuelle et concèdent des licences sur ces droits de manière plus fréquente. Au niveau international, les recettes provenant des redevances en général et des redevances de licences ont augmenté, passant de 2,8 milliards de dollars É. U. en 1970 à 27 milliards de dollars É. U. en 1990 et atteignant environ 180 milliards de dollars É. U. en 2009 – dépassant ainsi la croissance du PNB mondial. De nouveaux intermédiaires sont apparus sur le marché, tels que les bourses d’échange et les courtiers en propriété intellectuelle. Les données recueillies montrent que les marchés du savoir favorisent la spécialisation des entreprises, qui deviennent à la fois plus innovantes et plus efficaces. En outre, ces marchés permettent aux entreprises de déterminer les savoirs qu’elles souhaitent conserver et ceux qu’elles souhaitent partager afin d’accroître au maximum les possibilités d’apprentissage, ce qui constitue un élément essentiel des stratégies modernes d’innovation ouverte. 
  • Le nombre de brevets délivrés a augmenté de manière particulièrement rapide en ce qui concerne les technologies dites complexes, c’est à dire les technologies composées de nombreuses inventions pouvant faire l’objet d’un brevet distinct pour lesquelles les titulaires de brevets sont souvent très nombreux. Cette situation témoigne en partie du changement intervenu dans le domaine technologique. Par exemple, les technologies complexes incluent la plupart des technologies de l’information et de la communication qui ont enregistré des progrès rapides au cours des dernières décennies. 
  • Parallèlement, des entreprises ont créé de manière stratégique d’importants portefeuilles de brevets dans certains secteurs de technologie complexes, notamment dans le domaine des télécommunications, des logiciels, des techniques audiovisuelles, de l’optique et, plus récemment, des téléphones intelligents et des tablettes. Par conséquent, des craintes ont été exprimées quant à la possibilité que des enchevêtrements de plus en plus denses de droits de brevets se chevauchant les uns les autres ralentissent les procédures d’innovation en cascade. Des stratégies fondées sur la collaboration, telles que les communautés de brevets, peuvent répondre à ces préoccupations dans une certaine mesure. Toutefois, les responsables de l’élaboration des politiques doivent veiller tout particulièrement à ce que des cartographies de brevets saturées ne freinent pas l’innovation et l’esprit d’entreprise. 
  • À cet égard, des institutions chargées des brevets efficaces sont devenues la clé de voûte des systèmes d’innovation performants. Elles accomplissent les tâches essentielles consistant à garantir la qualité des brevets délivrés et à fournir des services équilibrés de règlement des litiges. Les niveaux sans précédents atteints par le nombre de brevets délivrés ont exercé une pression très importante sur ces institutions. Un grand nombre d’offices de brevets ont vu s’allonger la liste des demandes en instance. En 2010, le nombre de demandes non traitées au niveau mondial s’élevait à 5,17 millions. Les choix opérés par les offices de brevets peuvent avoir des conséquences considérables sur les mesures d’incitation à l’innovation. 
  • De nombreux pays ont mis en place des politiques visant à mettre la recherche publique au service de l’innovation. L’un des éléments de ces politiques consiste à encourager le dépôt de demandes de brevet par les universités et les organismes publics de recherche ainsi que l’exploitation commerciale ultérieure de leurs inventions. Par conséquent, une augmentation marquée du nombre de demandes de brevet déposées par ces organismes a été enregistrée. Le nombre de dépôts de demandes de brevet selon le Traité de coopération en matière de brevets de l’OMPI (PCT) par des universités et des organismes publics de recherche est parti de presque zéro dans les années 80 pour atteindre plus de 15 000 en 2010. La majeure partie de cette augmentation a été enregistrée dans des pays à haut revenu, notamment l’Allemagne, les États Unis d’Amérique, la France, le Japon et le Royaume Uni. Toutefois, de nombreux pays à revenu intermédiaire ont aussi enregistré une croissance marquée. En ce qui concerne les universités, la Chine se classe au premier rang avec 2348 dépôts de demandes de brevet selon le PCT entre 1980 et 2010, suivie par le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud. S’agissant des organismes publics de recherche, la Chine et l’Inde représentent à elles seules 78% du nombre total de demandes de brevet déposées par des pays à revenu intermédiaire. 
Les réformes politiques visant à promouvoir le transfert de technologie au niveau universitaire fondé sur les brevets produisent des effets multiples et variés sur les instituts de recherche, les entreprises, le système scientifique et l’économie.




D’autres conclusions ont été tirées dans le rapport, notamment :

  • Les pays à haut revenu sont toujours en tête des dépenses mondiales en matière de recherche développement mais la géographie de l’innovation a évolué. Les dépenses mondiales dans la recherche développement ont presque doublé en termes réels entre 1993 et 2009. La majeure partie des dépenses de recherche développement sont encore effectuées dans les pays à haut revenu – environ 70% du montant total au niveau mondial. Ces pays consacrent environ 2,5% de leur PNB à la recherche développement, soit plus du double de la part consacrée à ce type de dépenses par les pays à revenu intermédiaire. Les pays à bas revenu et à revenu intermédiaire ont augmenté de 13 points de pourcentage leur part dans les dépenses mondiales en matière de recherche développement entre 1993 et 2009. La Chine est à l’origine de la majeure partie de cette augmentation – plus de 10 points de pourcentage – ce qui la propulse au deuxième rang mondial concernant les dépenses de recherche développement en 2009. 
  • Les données relatives aux investissements plus importants dans les actifs intangibles ne sont disponibles que pour certains pays à haut revenu. Ces données indiquent que ce type d’investissements a augmenté rapidement. Dans un certain nombre de pays, les entreprises investissent désormais davantage dans les actifs intangibles que dans les actifs tangibles. En Europe, l’investissement dans les actifs intangibles représente 9,1% du PNB de la Suède et du Royaume Uni. 
  • Il apparaît clairement que l’innovation s’internationalise avec une nette augmentation du nombre d’articles spécialisés dans les domaines des sciences et de l’ingénierie rédigés dans le cadre d’une collaboration internationale et une hausse du nombre de brevets mentionnant des inventeurs provenant de plusieurs pays. En outre, les entreprises multinationales localisent de plus en plus leurs infrastructures en matière de recherche développement dans divers pays – dont certains pays à revenu intermédiaire qui enregistrent une croissance particulièrement rapide. L’augmentation du nombre de pays à revenu intermédiaire dans l’économie mondiale réoriente à son tour l’innovation vers la demande émanant de ces pays. 
  • Certaines données indiquent que l’innovation prend un caractère de plus en plus concerté et ouvert, mais il est difficile d’évaluer l’ampleur et l’importance des nouvelles approches adoptées. Tout d’abord, il est difficile d’établir une distinction claire entre les stratégies d’innovation ouvertes et les pratiques déjà anciennes en matière de collaboration telle que la recherche développement conjointe, la commercialisation conjointe ou les partenariats stratégiques. Ensuite, certains éléments des stratégies d’innovation ouvertes – telles que les nouvelles politiques internes des entreprises ou les échanges informels de savoirs – ne peuvent pas être facilement déterminés. 
  • En dépit de cette incertitude, la collaboration dans le cadre du processus d’innovation peut être avantageuse pour les entreprises et la société. La production conjointe d’actifs de propriété intellectuelle intervient grâce à des alliances en matière de recherche développement, en particulier des partenariats contractuels et des coentreprises fondées sur des apports de capitaux. Les données sur ce type d’alliances sont limitées et parfois difficiles à interpréter mais elles donnent à penser que les entreprises opérant dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, de la biotechnologie et de l’industrie chimique y ont recours plus fréquemment. La société tire généralement profit de cette collaboration qui renforce l’efficacité et la viabilité du processus d’innovation. 

mercredi 15 février 2012

La position de l’industrie du médicament sur les enjeux de propriété intellectuelle

Leem Les Entreprises du Médicament
19/01/12 - La propriété intellectuelle est l’un des éléments fondamentaux du développement de l’innovation. Les entreprises du médicament, qui investissent dans de longs et coûteux programmes de recherche, doivent pouvoir compter sur la protection que leur confèrent les brevets sur leurs découvertes.

Aujourd‘hui :

L’industrie du médicament est caractérisée par un processus de production particulièrement long (10 ans en moyenne), appuyé sur un effort de recherche et de développement soutenu pour alimenter en permanence le pipeline des nouveaux médicaments. Le souci de compenser les délais de commercialisation des produits pharmaceutiques, inhérents aux études pré-cliniques et cliniques, part importante du dossier de demande d’autorisation de mise sur le marché, justifie donc une protection forte de l’innovation. Le brevet confère à son titulaire une exclusivité commerciale temporaire de 20 ans à compter du jour du dépôt de la demande. En pratique, elle est plutôt de 10 ans en raison de la durée de la recherche avant la commercialisation.

Ce que l’on prévoit :

Les coûts liés au développement de nouveaux médicaments devraient être de plus en plus importants : 800 millions d’euros en 2003, près de 1 milliard d’euros en 2007 (Tufts Center for the Study of Drug Development - Outlook 2008)

Lorsque les droits de propriété intellectuelle ont expiré, l’invention « tombe dans le domaine public ». Dans ce cas, le médicament original peut être légalement copié : on parle alors de médicament générique.

10 ANS POUR PRODUIRE UN MEDICAMENT

Nous demandons le respect rigoureux des droits de propriété intellectuelle :
  • Compte tenu de l’évolution actuelle des sciences du vivant, où l’on couvre par des brevets les connaissances scientifiques très en amont, comme celle sur les fonctions des gènes et des protéines, le brevet devient un facteur stratégique d’&attractivité car les entreprises cherchent à être présentes là où se fait la recherche de pointe. 
  • Il reste cependant tout à fait légal, pour un pays en situation d’urgence sanitaire, de délivrer une licence obligatoire pour un médicament sous brevet.

mardi 14 février 2012

Dassault Systèmes : acquisition de Netvibes

Netvibes
9 février 2012 - Dassault Systèmes enrichit sa plate-forme 3D Experience avec des « expériences de veille en temps réel » pour les entreprises et les consommateurs

Dassault Systèmes (Euronext Paris : #13065, DSY.PA), leader mondial des logiciels de création 3D, de maquettes numériques en 3D et de solutions de gestion du cycle de vie des produits (PLM — Product Lifecycle Management), annonce l’acquisition de Netvibes, société primée à de nombreuses reprises pour ses technologies de veille en temps réel au moyen de tableaux de bord personnalisés (intelligence dashboards), pour enrichir sa plate-forme 3D Experience.

Netvibes est une plate-forme fournissant un une vision complète de toute information-clé correspondant à « mon entreprise » ou à « mes centres d’intérêt ». Netvibes propose un moyen simple et rapide de créer des tableaux de bord personnalisés pour la veille en temps réel, l’analytique social, le partage des connaissances et l’aide à la décision.

Netvibes aide des entreprises figurant au palmarès Fortune 500 telles que Coca-Cola, le Département américain de l’Énergie (DoE) ou des agences publicitaires comme Digitas et Universal McCann, à surveiller, analyser et comprendre en temps tous les événements qui se produisent à l’intérieur et à l’extérieur de leur organisation, au moyen de tableaux de bord personnalisés et en rapprochant facilement les informations clés pour optimiser la prise de décisions. Toutes les entreprises actuelles doivent s’adapter à l’augmentation de la rapidité et du volume des informations provenant en temps réel d’un large éventail de systèmes d’entreprise et du Web. Avec Netvibes, elles peuvent connecter leurs plates-formes, bases de données ou systèmes internes à des applications externes déployées sur le cloud, à des flux sociaux et autres analyses de sentiments pour créer un tableau de bord en temps réel.

Dassault Systèmes Dassault Systemes

Chaque mois, Netvibes aide aussi plus de 4 millions de personnes à créer des tableaux de bord intelligents pour gérer leur vie numérique au quotidien. Cette application personnelle est une version gratuite et un tableau de bord individuel plusieurs fois primé qui permet à quiconque de surveiller et personnaliser toutes les informations qui les intéressent dans les flux d’actualités, Facebook et Twitter, photos, vidéos et un écosystème de plus de 260 000 applications Web. Cette application fonctionne sur tout terminal mobile ou de bureau (iPhone, iPad ou Android). Cette polyvalence a permis à Netvibes de s’imposer parmi les marques les plus reconnues sur Internet. Sa simplicité d’emploi éprouvée par les utilisateurs, son caractère évolutif et l’ouverture de sa plate-forme universelle expliquent pourquoi les entreprises font confiance aux solutions métiers de Netvibes pour déployer des tableaux de bord personnalisables en temps réel.



Avec l’acquisition de Netvibes, Dassault Systèmes réaffirme sa conviction de ce que les univers virtuels peuvent améliorer le monde réel. Intégré à la plate-forme 3D Experience de Dassault Systèmes, Netvibes aidera les clients à révéler des informations critiques telles que l’opinion de leurs propres clients, l’image de leur marque ou le rythme d’adoption d’un produit par ses premiers utilisateurs. En étant à l’écoute des informations pertinentes et en analysant le comportement des utilisateurs, les entreprises pourront agir en temps réel, et ainsi accélérer considérablement leurs capacités d’innovation... lire la suite du communiqué de presse Dassault Systèmes - communiqué de Netvibes -

vendredi 10 février 2012

Google Related : afficher des informations en relation avec la page web visitée

Google Related est une extension du navigateur Chrome et de la barre d'outils Google. Il permet d'afficher des informations (news, vidéos, images, et plus...) ayant un rapport avec le sujet traité par la page web consultée.



sources : "Find more while you browse with Google Related" - voir vidéo sur la chaîne YouTube de Google -

jeudi 9 février 2012

Karger choisit TEMIS pour enrichir ses contenus médicaux et scientifiques

TEMIS
20 décembre 2011 – Le leader des solutions d’enrichissement sémantique aidera Karger à valoriser et diffuser ses contenus.

TEMIS, leader des solutions d’enrichissement sémantique de contenu pour l’Entreprise, annonce aujourd’hui un nouveau contrat dans le secteur de l’édition avec S. Karger AG, prestigieux éditeur académique spécialisé dans les journaux et les manuels scientifiques et médicaux.

Karger a choisi TEMIS afin de fournir à la communauté scientifique de nouvelles fonctionnalités avancées de navigation au sein de son portail d’information. Karger a fait l’acquisition de la plateforme Luxid® for Content Enrichment et de la Medical Entity Relationships Skill Cartridge®, une solution sémantique spécialement conçue pour analyser et enrichir le contenu médical.

Luxid® for Content Enrichment extrait les métadonnées pertinentes qui permettront d’optimiser la recherche, l’exploration et l’analyse de l’information. La Medical Entity Relationships Skill Cartridge® identifie en particulier les maladies, les symptômes, les traitements thérapeutiques, les diagnostics et les termes d’anatomie. Elle extrait également les termes biologiques tels que les cellules, les tissus et les protéines. La Medical Entity Relationships Skill Cartridge® établit des relations sémantiques entre ces entités, mettant en évidence les liens entre les maladies et les diagnostics ou les traitements, ou encore les effets secondaires associés aux traitements.

Karger

Avec ces métadonnées sémantiques, Karger va affiner la précision des résultats de recherche et fournir aux utilisateurs des fonctionnalités puissantes de navigation telles que la recherche par facettes et l’identification de documents similaires. Il deviendra possible de naviguer intuitivement au sein de cette bibliothèque numérique qui regroupe les articles publiés dans 80 journaux scientifiques et est enrichie chaque année de près de 60 nouveaux titres... lire la suite du communiqué de presse de TEMIS -

mercredi 8 février 2012

MESR et MEDEF : Lancement du référentiel de compétences "Intelligence économique et nouveaux risques du 21e siècle"

Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche MESR
3 janvier 2012 - Sensibiliser et former les étudiants aux questions de citoyenneté, d'intelligence économique et de sécurité globale : tel est l'objectif du référentiel de compétences "Intelligence économique et nouveaux risques du 21e siècle". Un outil de sensibilisation et d'insertion pour les étudiants des universités et des écoles d'ingénieurs

Un référentiel pour sensibiliser et former les étudiants

Le référentiel "Intelligence économique et nouveaux risques du 21e siècle" a été lancé à la suite d'une table ronde réunissant Khaled Bouabdallah, Président de l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne, Patrick Hetzel, Directeur général pour l'Enseignement supérieur et l'insertion professionnelle, Dominique Lamoureux, Directeur Ethique et Responsabilité d'Entreprise du groupe Thales – Président du Comité Intelligence Economique du MEDEF et Eric Le Jaouen, Président du Medef Loire, à la maison de l'Université de Saint-Etienne.

Il a pour objectif de permettre à chaque étudiant d'accéder à une sensibilisation dans ces domaines, et de bénéficier d'un cursus incluant la formation à la citoyenneté et à l'esprit de résilience.

Ce référentiel a été élaboré par un groupe de travail piloté par le Directeur général pour l'Enseignement supérieur et l'insertion professionnelle. Ce groupe est notamment composé de représentants de la Conférence des Présidents d'Université (C.P.U.), de la Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs (CDEFI), de la Conférence des grandes écoles (C.G.E.), de représentants du MEDEF et d'experts de la Défense et de la sécurité économique.

Sa construction s'inscrit notamment dans le cadre de la signature de l'accord-cadre entre le MEDEF, le Ministère de l'Education Nationale et le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche de juin 2010 et de la convention cadre entre le MEDEF et la Conférence des Présidents d'Université de novembre 2010.

MEDEF

Un référentiel à deux volets

  • Un volet "Intelligence Economique" ; 
  • un volet "Nouveaux risques du 21e siècle". 
Il aborde notamment les grandes notions suivantes :

  • La valeur de l'information comme donnée fondamentale pour l'existence et la performance d'une entreprise ; 
  • l'environnement concurrentiel et compétitif de l'entreprise, en présentant autour de quelques grandes problématiques de la concurrence internationale, ses opportunités et ses menaces ; 
  • la notion de risques auxquels sont exposées les organisations et les collectivités ; 
  • la place et la responsabilité dévolues à chaque citoyen dans la prévention et la résolution des crises. 
Il a été conçu afin d'être déployé tant dans les cursus universitaires qu'au sein des Ecoles d'ingénieurs et de management aux niveaux Licence, Master et Doctorat.

Un outil pour favoriser l'insertion professionnelle de l'étudiant 

Une sensibilisation à la résilience peut s'avérer utile pour les étudiants, dans le cadre de leur stage, au cours d'entretien de recrutement, lors des formations par apprentissage ou en mission en entreprise au cours d'un doctorat.

Une expérimentation a démarré à la rentrée 2011 dans une vingtaine d'établissements volontaires parmi lesquels les universités d'Avignon, de Corte, de Créteil (I.U.T. Sénart), de Reims, de Saint Etienne, de Paris 2 Panthéon Assas, d'Aix Marseille 2, de Poitiers, de Caen Basse-Normandie, et Grenoble 2, Paris IX Dauphine, Lille 1, l'Université technologique de Troyes et le collège doctoral de Lyon mais aussi les écoles du collegium Ile de France et l'EBI de Cergy, l'ENSTA de Brest, Skema, les INSA de Lyon et Rouen, Grenoble Ecole de Management, l'IFMA de Clermont-Ferrand, l'Ecole des Mines de Nantes, l'I.N.P. de Toulouse, et l'ENSICAEN.

Ce lancement national fait suite au lancement du référentiel de compétences " entrepreneuriat et esprit d'entreprendre " le 24 novembre dernier à l'Université de Strasbourg.

source : communiqué de presse du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche [MESR] -

mardi 7 février 2012

Linguamatics et ChemAxon : projet visant à améliorer l'exploration de texte dans le domaine de la chimie

Linguamatics
December 14, 2011 - Linguamatics et ChemAxon sont heureux d'annoncer leur partenariat dans le cadre d'un nouveau projet révolutionnaire, subventionné par le programme Eurostars d'EUREKA. Le nom de code du projet est « ChiKEL », qui signifie « Chemically Informed Knowledge Extraction from Literature » (extraction de connaissances chimiquement significatives de sources littéraires). ChiKEL fournira le premier système interactif d'exploration de texte dédié à la chimie, intégrant une fonction évoluée de recherche de produits chimiques et d'extraction de relations entre les structures et les autres entités biologiques ou chimiques. L'association de fonctions de recherche de produits chimiques et d'exploration de texte permettra aux utilisateurs d'effectuer des recherches sur la structure chimique et la biologie pour extraire, à des fins d'analyse ultérieure, des informations structurées de brevets, d'articles scientifiques et de documents internes.

Cette approche entièrement automatisée permet de localiser des structures chimiques dans des documents qui n'ont pas encore été annotés à la main ou ont été annotés pour certaines structures seulement, ou lorsque la procédure n'est économiquement pas viable – par exemple, pour les rapports internes d'une entreprise. Il est important de noter que cette nouvelle approche est extrêmement évolutive et peut localiser des structures chimiques à des emplacements spécifiques dans un document, permettant ainsi de poser des questions telles que « Quels produits chimiques sont mentionnés comme inhibiteurs d'une cible particulière ? » ou « Quel est le rôle de ce produit chimique dans le contexte de ce document ? ».

ChemAxon

L'intégration existante entre les produits logiciels de Linguamatics et de ChemAxon autorise la recherche de sous-structures et de similarités pour les composés connus. Par exemple, il est possible d'interroger la documentation pour découvrir les propriétés de composés possédant une sous-structure particulière, à l'image des cibles inhibées par un ensemble de composés.

Le projet ChiKEL étend l'intégration existante pour autoriser la reconnaissance de composés chimiques novateurs exprimés sous différentes formes, et notamment avec des dénominations UICPA et des images. Outre la recherche de sous-structures ou de similarités selon une structure donnée, définie par un utilisateur, ChiKEL améliorera également la présentation des résultats des recherches, permettant aux utilisateurs de visualiser les structures chimiques et de parcourir les agrégats de structures présentes dans les documents.

Les principaux objectifs de ChiKEL consistent à 1) développer des « étalons-or » pour les procédures d'évaluation, 2) intégrer le nom à la structure pour localiser les produits chimiques novateurs, 3) autoriser la visualisation des structures dans les résultats de recherches et 4) explorer la conversion d'images en structures.

Les applications incluent notamment la recherche scientifique, la propriété intellectuelle et la veille commerciale. Les domaines spécifiques incluent la découverte de médicaments, la conformité et la réorientation des médicaments, la sécurité des médicaments et la pharmacovigilance. Les clients ciblent incluent les entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques, ainsi que les marchés adjacents tels que l'alimentation, l'agrochimie et la santé.
Les entreprises souhaitant participer aux tests bêta du logiciel ChiKEL sont invitées à contacter Linguamatics à l'adresse chikel@linguamatics.com - lire la fin du communiqué de presse de Linguamatics et ChemAxon - version anglaise de Linguamatics - version anglaise de ChemAxon -

lundi 6 février 2012

Open Data : Le portail des données publiques data.gouv.fr

data gouv fr
06 DÉCEMBRE 2011 - Le portail des données publiques data.gouv.fr ouvre avec 352 000 jeux de données disponibles -

La plateforme d'ouverture des données publiques de l’Etat data.gouv.fr a été mise en ligne lundi 5 décembre 2011, a annoncé la mission Etalab. Ce site propose dès son ouverture 352 000 jeux de données issus des principaux ministères et administrations, de collectivités territoriales, ainsi que de l'Insee.

Le portail unique interministériel (data.gouv.fr) mettant à disposition du public l'ensemble des informations publiques disponibles de l'Etat et de ses établissements publics administratifs vient d'ouvrir lundi 5 décembre. Il rassemble dès son ouverture 352 000 jeux de données, issus de 90 producteurs de données différents (administrations, ministères, autorités administratives indépendantes, 4 collectivités territoriales, etc.). Evolutive, la plateforme sera continuellement alimentée et actualisée par de nouvelles données.

La vocation du portail data.gouv.fr est de permettre à tous d’accéder librement à l’ensemble des informations publiques dans des formats exploitables. En octobre 2011, la mission Etalab chargée de data.gouv.fr avait d'ores et déjà publié la "licence ouverte/Open Licence". Cette licence, élaborée en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés, facilite et encourage la réutilisation des données publiques mises à disposition gratuitement.

Etalab

"Cette initiative contribuera donc à renforcer la transparence de l’action de l’État", avait souligné le Premier ministre François Fillon mercredi 30 novembre 2011 lors des quatrièmes Assises du numérique.

Données disponibles sur data.gouv.fr, quelques exemples 


  • Dépenses et recettes de l'Etat : le ministère du Budget a fourni le détail du projet de budget général de l'Etat pour 2012, par ministère, par mission et par programme. Il communique également les recettes fiscales nettes prévues en 2012. 
  • Sécurité routière : le ministère de l'Intérieur fournit les informations de localisation des accidents corporels de la circulation en France métropolitaine et en Outre-Mer entre 2005 et 2010, ainsi que les données 2010 détaillées de l'accidentalité routière en France métropolitaine. 
  • Mesures de la qualité de l'air et de l'eau : le ministère de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement fournit de multiples données de mesures de la qualité de l'air (pollution aux poussières, au benzène, rejets de polluants industriels) et des eaux (eaux souterraines, localisation des stations de traitement des eaux usées). 
  • Patrimoine : le ministère de la Culture et de la Communication liste notamment les musées de France, les statistiques récentes de fréquentation, les établissements classés monument historique… 
  • Statistiques de l'Insee : établissement pilote, l'Insee a collaboré étroitement avec Etalab, pour fournir, dès l'ouverture de data.gouv.fr, un socle important de données, notamment les résultats du recensement de la population en 2008 et les données de sa banque de données macro-économiques. 

page résultat data gouv fr




Quels usages pour les données publiques ? 
L’open data [ouverture des données publiques, ndlr] va permettre à tout un chacun d'accéder aux données publiques et de les réutiliser. Entreprises, journalistes, chercheurs, étudiants, développeurs web pourront y puiser de multiples données brutes dans des formats faciles d'accès (xls, xml, csv…) qu'ils pourront agréger, analyser ou encore exploiter afin de créer des services et applications innovantes, sur le web, sur mobile, sur tablette, au bénéfice des citoyens. Comme par exemple des applications pour téléphone mobile à partir d’informations publiques géolocalisées mises à disposition sur data.gouv.fr.

"Les informations publiques mises à disposition par l'Etat et les collectivités locales sur la plateforme data.gouv.fr ont avant tout vocation à être un vecteur d'innovation et de croissance", indique Etalab qui lancera également un programme intitulé "Dataconnexion", visant à encourager l'innovation pour l'écosystème des données ouvertes. ---Expériences open data en France et ailleurs

Zoom sur :

Certaines collectivités locales françaises ont initié des démarches (Montpellier, Paris, Bordeaux) en matière d'open data. Celle de la ville de Rennes et de sa métropole est sans doute la plus aboutie. Lancé il y a un an, son site Rennes Métropole en accès libre met à disposition les données publiques issues notamment du réseau de transports rennais, ainsi que des données et informations géolocalisées de près de 1 500 organismes publics et associatifs locaux. Ces données ont permis à des développeurs de créer des applications utiles et innovantes, telles handimap.org (service de calcul d’itinéraires pour les personnes à mobilité réduite) ou Go2rennes (accès à toutes les informations des transports en commun de Rennes Métropole).

A l'étranger, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont ouvert leurs portails data.gov et data.gov.uk respectivement en 2009 et début 2010. Le portail américain propose un peu plus de 390 000 jeux de données qui ont permis de créer plus de 1 000 applications gouvernementales, plus de 230 applications développées par des citoyens et 85 applications mobiles. Outre-Manche, ce sont près de 190 applications qui ont été développées jusqu'à présent.

source : Gouvernement.fr -

vendredi 3 février 2012

IBM : une solution de BAO pour aider les clients à tirer parti des données issues des brevets

IBM
09 déc. 2011 - Disponible en mode cloud, la solution permet de donner un accès rapide à une multitude de données scientifiques pour favoriser les innovations dans le secteur des biotechnologies et de la chimie -

IBM (NYSE : IBM) annonce un nouveau logiciel et des services de BAO conçus pour aider les entreprises à développer et utiliser plus efficacement la propriété intellectuelle, la littérature scientifique et les données moléculaires afin d’améliorer la performance de leur entreprise. En leur fournissant un accès rapide aux données issues des brevets du monde entier, les chercheurs disposent d'un des plus vastes réservoirs de données disponibles pour explorer de nouvelles pistes d’innovation.

La solution de BAO SIIP (Strategic IP Insight Platform) en mode cloud permet aux organisations d’extraire et d’utiliser rapidement l'information des publications scientifiques et des brevets du monde entier en compilant la plupart des informations en un seul endroit et en appliquant ensuite des analyses avancées. Par exemple, le logiciel automatise l'analyse et renforce la reconnaissance optique des images et des symboles chimiques pour extraire des informations issues des brevets et des textes dès leur publication. Une tâche réalisable en seulement quelques secondes avec cette technologie, alors qu’il faudrait des semaines entières, voire des mois, pour la réaliser manuellement.

Les entreprises des secteurs des biotechnologies, de la chimie et des biens de consommation font face à une forte pression pour améliorer la performance de leurs programmes de R&D et utiliser les documents de propriété intellectuelle de manière plus efficace. Dans ces industries, les profits sont corrélés à des offres de produits uniques ou à l’identification de nouveaux débouchés. Trouver et corréler les dernières recherches scientifiques et les informations sur les brevets est essentiel dans l'identification des nouvelles opportunités de marché, à condition de trier, classer et analyser la multitude d’informations disponibles. Autant de tâches coûteuses, consommatrices de temps et qui sont souvent cause de pertes d’informations pourtant précieuses pour l’innovation.

« Dans l’environnement compétitif de la R&D, il est essentiel de réagir rapidement aux changements dans le monde des brevets et d’analyser rapidement les données, » a déclaré John Kinney, Ph.D., chercheur, DuPont. « IBM SIIP est un outil très puissant qui nous permet d'évaluer les forces et les faiblesses de nos différents programmes de recherche et d'aider à concentrer nos ressources sur les domaines les plus prometteurs. »

Avec la solution IBM SmartCloud, des outils avancés de BAO (Business Analytics and Optimization) sont utilisés sur des documents brevetés de la United States Patent du Trademark Office, de l’European Patent Office et de la World Intellectual Property Organization. Les documents publics sont quant à eux issus de la base de données MEDLINE de la US National Library of Medicine afin de donner des éclairages intéressants sur l’environnement compétitif. La solution SIIP d’IBM peut être utilisée pour identifier de nouvelles opportunités marché, de futures collaborations avec des partenaires ou des candidats à une fusion/acquisition.

Développée par les chercheurs d’IBM et utilisée pour soutenir la stratégie de propriété intellectuelle et de brevets de l’entreprise, la solution SIIP a été utilisée par des centenaires d’experts de la propriété intellectuelle d’IBM pour la gestion de la propriété intellectuelle, et a contribué à des avancées dans la recherche. Beaucoup d’entreprises mondiales du domaine des biotechnologies utilisent la solution SIIP à travers leur recherche.




La curation automatisée en mode cloud

Jusqu'à récemment, les données chimiques stockées dans les brevets n'étaient pas disponibles dans un format accessible aux ordinateurs. La technologie d'IBM SIIP permet de lire et de comprendre les structures moléculaires dessinées sous forme de composants chimiques – un facteur clé de différenciation à partir des outils de recherche existants. La curation automatisée des données permet de rechercher rapidement des données importantes et aide les chercheurs à visualiser les composants chimiques, ce qui était impossible auparavant.

Par exemple, le logiciel peut extraire des molécules chimiques et des informations à partir des brevets, des résumés et de la littérature dans les 24 heures suivant leur publication, ce qui permet en temps quasi réel l'accès à l'information. Le système a extrait plus de 200 millions de données chimiques dans plus de 30 millions de brevets, de résumés et d'articles scientifiques du monde entier.

Le SmartCloud IBM offre aux entreprises de puissantes analyses à haute vitesse dans le cloud, permettant le partage entre plusieurs organisations, quelque chose de particulièrement important au même titre que la collaboration inter-entreprise qui se développe parmi les organismes de recherche et de développement. ---Le SmartCloud IBM permet également de disposer, en temps quasi-réel, d'énormes quantités de données mises à jour. En utilisant un navigateur Web interactif, un nouvel utilisateur peut commencer à effectuer des analyses avancées en seulement quelques minutes.

« La solution IBM SIIP a été conçue pour favoriser la transformation du processus d'innovation d’entreprises de tous secteurs, en leur permettant de visualiser toutes les informations qui existent aujourd'hui et toutes les recherches qui ont déjà été réalisées », a déclaré Chris Moore, VP, Global Life Sciences BAO Lead Partner, IBM Global Business Services. « La solution offre une nouvelle approche pour trouver et corréler des informations critiques par la combinaison de données, l'analyse approfondie, et ce en mode cloud, avec des services personnalisés afin d'aider les organismes de recherche et de développement à transformer leurs entreprises. »... lire la fin du communiqué de presse d'IBM -

jeudi 2 février 2012

Document de référence : Rapport Martre, Intelligence Économique et Stratégie des Entreprises [1994]

Document de référence : 
Intelligence économique et stratégie des entreprises (Commissariat général du Plan, « rapport Martre », Février 1994 - auteurs : MARTRE Henri, CLERC Philippe, HARBULOT Christian - 167 pages )



Ce rapport étudie l'intelligence économique entendue comme l'ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution de l'information utile aux acteurs économiques.

Dans un premier temps, il procède à une analyse comparée des systèmes d'intelligence économique dans le monde fondée notamment sur les exemples du Japon, des États-Unis et de l'Allemagne.

Puis, il présente une évaluation de la gestion stratégique en France, jugée très en retrait par rapport à ses concurrents : conception partielle de l'intelligence économique, veille technologique encore balbutiante dans l'immense majorité des PME et PMI, méconnaissance des mécanismes mis en oeuvre par les systèmes productifs offensifs...

Enfin, il émet des propositions visant à corriger ces lacunes : diffuser la pratique de l'intelligence économique dans l'entreprise, optimiser les flux d'informations entre le secteur public et le secteur privé, concevoir les banques de données en fonction des besoins de l'utilisateur, mobiliser le monde de l'éducation et de la formation.

source : [éditeur] La Documentation Française -

mercredi 1 février 2012

CAS et InfoChem : collaboration à long terme dans le domaine de la chimie informatique

Chemical Abstracts Service CAS American Chemical Society division
COLUMBUS, Ohio, December 13, 2011 - Le leader mondial en matière d'informations dans le domaine de la chimie s'associe au principal développeur de logiciels de chimie pour créer de nouvelles technologies améliorant, notamment, la découverte des brevets chimiques 

Chemical Abstracts Service (CAS), une division de l'American Chemical Society et une autorité mondiale dans le domaine des informations ayant trait à la chimie, a annoncé une collaboration à long terme avec InfoChem, GmbH (InfoChem), une entreprise basée à Munich, Allemagne, leader mondial en matière de technologie de la structure et de la réaction chimique ainsi qu'en exploration de documents scientifiques chimiques.

Dans le cadre de la nouvelle collaboration, les équipes de recherche de CAS et d'InfoChem vont travailler ensemble pour explorer les frontières technologiques en matière de chimie informatique. Par exemple, l'équipe commune a lancé une recherche et développe une solution pour identifier les informations chimiques dans les textes et pour améliorer sémantiquement les documents d'information chimique. Les deux partenaires continueront aussi de consacrer des efforts aux informations sur les substances chimiques et sur les façons de les extraire, les déduire, les stocker, les communiquer et les interpréter.

« Nous sommes ravis de renforcer nos liens avec InfoChem afin d'entreprendre des recherches sur les technologies avancées appliquées aux informations chimiques », déclare Robert J. Massie, président de CAS. CAS et InfoChem collaborent depuis 1997 dans le domaine des contenus d'information chimique. « La chimie n'est pas seulement une science primordiale, c'est aussi une activité mondiale. CAS a établi des liens solides avec des organisations scientifiques et commerciales dans le monde entier et nous nous réjouissons de renforcer notre collaboration avec InfoChem dans son domaine de prédilection. »

À travers le projet « ChemProspector », InfoChem était un des participants du prestigieux programme de recherche « THESEUS », une initiative du ministère allemand de la recherche et de la technologie. Le sujet du projet était : « Advanced mining and searching of chemical content in patent documents » (Exploration et recherche avancées des contenus chimiques dans la documentation des brevets). « Nous sommes ravis de collaborer avec CAS, un leader en matière d'informations chimiques », déclare Peter Loew, PhD, PDG d'InfoChem. « Ce projet va permettre à InfoChem d'améliorer ses résultats prometteurs de recherche et développement obtenus à travers l'initiative THESEUS et de créer beaucoup de valeur pour les chimistes et les entreprises chimiques. »

À propos de CAS

Chemical Abstracts Service (CAS), une division de l'American Chemical Society, est la référence mondiale en matière d'informations chimiques. Nos bases de données sont gérées et contrôlées par les scientifiques de CAS et reconnues comme une source qui fait autorité par des sociétés chimiques et pharmaceutiques, des universités, des organisations gouvernementales et des bureaux de brevets du monde entier. En associant ces bases de données à des technologies d'analyse et de recherche perfectionnées (SciFinder®, STN®), CAS parvient à proposer l'environnement d'information numérique le plus à jour, le plus complet et le plus sécurisé pour les découvertes scientifiques.

InfoChem

À propos d'InfoChem

Basé à Munich en Allemagne, InfoChem GmbH est un leader du marché en matière de manipulation et d'extraction de structure et de réaction. Fondé en 1989, InfoChem se spécialise dans la production et la commercialisation de nouveaux produits informatiques dans le domaine de la chimie, y compris des bases de données de structure et de réaction et le développement d'outils logiciels nécessaires pour ces applications. Les principaux outils logiciels sont InfoChem Chemistry Cartridge pour Oracle (ICCARTRIDGE) et le très populaire algorithme de classification de réaction InfoChem CLASSIFY. En outre, InfoChem fournit des outils pour la reconnaissance et l'extraction automatiques des entités chimiques et leur conversion dans des structures chimiques ainsi que pour l'enrichissement sémantique des documents scientifiques consacrés à la chimie. Springer GmbH (Berlin) est actionnaire majoritaire d'InfoChem depuis 1991... communiqué de presse CAS et InfoChem - communiqué de presse CAS en anglais - communiqué de presse InfoChem en anglais -